Absentéisme au travail : un casse-tête pour l’employeur

L’absentéisme au travail, véritable bête noire pour tout employeur, crée un stress considérable et nécessite une gestion réactive pour prévenir toute désorganisation au sein de l’entreprise. Qu’elles soient d’ordre professionnel ou personnel, les causes de l’absentéisme entraînent des conséquences souvent lourdes pour l’employeur. Pour combattre ce fléau, diverses stratégies sont à sa disposition, mais elles doivent être scrupuleusement adaptées au contexte spécifique de l’entreprise… Le point sur le sujet avec Altho !

Quelles sont les causes de l’absentéisme au travail ?

D’emblée, il faut savoir que l’absentéisme au travail est un indicateur, parfois criant, de problèmes plus profonds, qu’ils soient personnels ou professionnels. Quelles en sont donc les causes ?

Côté personnel

Sans surprise, la vie hors du bureau joue un rôle non négligeable… Que ce soit un enfant malade sans solution de garde, un état de santé précaire non lié à l’emploi, ou encore des absences non justifiées, les raisons personnelles peuvent pousser un salarié à s’éloigner de son poste.

Côté professionnel

A ce niveau, les causes peuvent être tout aussi variées. Des accidents sur le lieu de travail aux maladies professionnelles, en passant par une ambiance toxique ou des conditions de travail éprouvantes, nombreux sont les facteurs qui peuvent inciter un employé à prendre ses distances. Sans oublier les risques psychosociaux et le stress professionnel, qui sont des moteurs majeurs de l’absentéisme.

L’impact réel de l’absentéisme au travail sur les entreprises

Sans surprise, l’absentéisme entraîne une série de répercussions qui peuvent gripper sérieusement la machinerie d’une entreprise. On parle notamment de baisse de productivité, de perturbation organisationnelle, de retards accumulés, de surcharge pour les collègues, de détérioration de l’ambiance, de baisse de rentabilité, de surcoûts financiers, de démotivation collective…

Quelles stratégies pour endiguer l’absentéisme en entreprise ?

La bonne nouvelle est que l’absentéisme au travail n’est pas une fatalité, mais pour le combattre efficacement, une approche méthodique et réfléchie est essentielle. A ce niveau, tout commence par une analyse préliminaire pour comprendre les motifs réels de l’absentéisme, et cela passe par un diagnostic interne minutieux : qui sont les salariés les plus souvent absents ? Pour quelles raisons ? Quelles tranches d’âge sont les plus touchées ?

Politique de ressources humaines proactive

Pour prévenir l’absentéisme, il est vital de mettre en œuvre une politique RH dynamique et bienveillante, qui consiste à reconnaître le travail des salariés, proposer des formations pertinentes et instaurer un climat de confiance, autant de leviers efficaces pour maintenir un haut niveau de motivation.

Communication et motivation

Il est indispensable d’offrir à chaque employé la possibilité de s’exprimer sur son environnement de travail. Comment ? Écouter leurs préoccupations et répondre à leurs attentes peut grandement contribuer à améliorer leur engagement et réduire l’absentéisme. En outre, des initiatives telles que les primes d’encouragement, les entretiens réguliers et les actions de valorisation sont des outils puissants pour booster la motivation.

Entretien post-absence

Quelle que soit la durée de l’absence, un entretien de retour est vivement conseillé, car ce moment permet de discuter de l’état d’esprit du salarié, de ses motivations et de faire le point sur les événements survenus pendant son absence. Adapter le poste de travail, la charge ou les horaires peut être nécessaire pour faciliter son intégration. En cas d’absences répétées non justifiées, un rappel à l’ordre peut s’avérer nécessaire.

Laisser un commentaire