Déguster à l’aveugle

Quel que soit le type de dégustation, privilégiez toujours les dégustations l’aveugle. Les étiquettes doivent être masquées afin de ne pas dévoiler l’appellation, le millésime, le nom du propriétaire ou du négociant.

L’étiquette influence toujours le dégustateur

Déguster un vin sans avoir l’ensemble de ces informations permet de ne pas être influencé inconsciemment. En effet, vous serez influencé positivement si l’appellation est prestigieuse, négativement si le millésime n’a pas bonne réputation ou encore si vous ne connaissez pas le nom du propriétaire.

L’étiquette est finalement l’élément qui constitue le premier contact avec le vin. Si vous la trouvez esthétiquement jolie, l’influence est positive. Si au contraire, vous ne la trouvez pas très réussie, cette influence sera très négative.

Le fait, de ne pas voir l’étiquette vous permet donc de déguster le vin et rien que le vin…

J’aime ou je n’aime pas

Lorsque vous dégustez à l’aveugle, votre description est forcément plus neutre et se fera en fonction du vin et non pas des informations que vous aurez pu glaner sur l’étiquette. Au fur et à mesure, vous pourrez déterminer ce qui vous plaît ou ce qui ne vous plaît pas dans tel ou tel vin. Vous serez enfin capable d’expliquer à un caviste, un sommelier ou un ami que vous n’aimez pas les arômes boisés ou que vous adorez l’astringence par exemple.

De nombreuses expériences de dégustation ont rapidement permis de mettre en évidence l’influence de l’étiquette. Il suffit de déguster 10 vins à l’aveugle, tous rouges. Tous les dégustateurs partent du principe qu’ils ont affaire à 10 vins différents, mais finalement ils dégustent cinq fois le même et finissent par percevoir des différences là où il n’y en a pas…

Un autre type de dégustation consiste à déguster en verre noir, c’est-à-dire opaque. Vous ne voyez pas la couleur du vin et à ce moment-là de nombreux dégustateurs n’arrivent pas à déterminer correctement la couleur du vin. Ils confondent un blanc avec un rouge ou inversement.

D’ailleurs, tous les dégustateurs mêmes très expérimentés ou les vignerons vous raconteront qu’un jour, ils ont confondu des vins ou qu’ils n’ont pas reconnu leurs propres vins.

Mais tout cela doit simplement mettre en évidence que nous ne sommes que des êtres humains loin d’être infaillibles. Il y a des jours où nous dégustons très bien et d’autres où nous ne sommes pas au meilleur de notre forme. Dans ce cas de figure, malheureusement, notre analyse sur les vins n’est peut-être pas la meilleure. Il faut accepter de se tromper et se remettre en cause en permanence…

La dégustation à l’aveugle vous permet d’être plus objectif et finalement plus précis, plus modeste mais aussi plus performant. C’est un travail de très longue haleine tout au long de sa vie.