La transformation digitale dans l’industrie agro-alimentaire par Olivier Dekokere

Olivier DEKOKERE

Le numérique a transformé de nombreux domaines dans notre société, notre manière de produire et de consommer. Le digital révolutionne l’organisation, les process et la traçabilité du secteur de l’industrie agro-alimentaire. Dans un domaine où le rapport à la terre est essentiel, quelle place pour la digitalisation ?

Une digitalisation encore timide

L’espace « Agriculture 4.0 » du Salon de l’Agriculture 2018 a mis en avant les start-up du monde agricole.
L’Agroalimentaire a débuté sa digitalisation dans les années 90 à la suite de crises sanitaires et économiques. Les procédés de vente ont été modernisés pour faciliter les échanges avec la grande distribution. La France accuse un certain retard dans les moyens d’optimiser la performance industrielle. Pour conserver sa place sur le marché, les industriels doivent veiller aux coûts et à l’optimisation de leurs productions. L’utilisation de logiciels et d’outils numériques dédiés peuvent les aider à développer ses activités.
La plupart des entreprises de l’agro-alimentaire ne sont pas encore passés au numérique mais beaucoup d’industriels reconnaissent un besoin dans leurs activités. Selon une étude réalisée par VIF, créateur de logiciels et d’applications pour les entreprises de l’agro-alimentaire, 64,8% des acteurs interrogés sont convaincus que la transformation numérique aura un impact sur l’optimisation des processus et de l’organisation. 60,5% attendent une évolution de la performance du secteur.

Les progiciels de gestion intégré

La transformation numérique permettra, dans un futur proche, de fournir rapidement des informations fiables et claires sur l’origine du produit, sa qualité et ses conditions de production. Les entreprises de l’IAA pourront être plus transparentes sur le respect des réglementations et des cahiers des charges en sécurité sanitaire. Le développement de nouveaux outils facilitera également la communication entre l’industriel, ses fournisseurs et sa clientèle.
Le numérique en entreprise, c’est aussi l’optimisation des processus industriels, la réduction des consommations d’eau et d’énergie et l’amélioration de la performance. Le but est bien de réduire les coûts et d’améliorer l’impact environnemental. Un progiciel de gestion intégré permet d’accélérer le business d’une entreprise et de remporter de nouveaux marchés.
Cette solution de gestion permet de gagner en productivité, du service administratif à l’atelier des entreprises agroalimentaires de petites et grandes tailles.
Elle permet également de répondre aux enjeux de la sécurité alimentaire, de gérer et d’optimiser tous les processus d’une entreprise, d’améliorer sa rentabilité et de fédérer l’ensemble du personnel en structurant efficacement l’organisation.
Le numérique peut apporter aux mécaniciens par exemple, l’amélioration de la maintenance prédictive par le biais des nouveaux capteurs. Pour les logisticiens, l’optimisation des temps de transport et des chargements des camions. Et pour les créatifs du marketing, la possibilité de créer de nouveaux produits avec une imprimante 3D.
Ce basculement vers le numérique est synonyme d’innovation pour le secteur.

Olivier DEKOKERE